Naissance de » l’Armée bleue »

Création de l'armée polonaise en France, Création de l'armée polonaise en Sarthe, Histoire, Non classé

1917 – 2017 CENTENAIRE

DE LA CRÉATION DE L’ARMÉE BLEU EN FRANCE

BU_affiche expo2

Du 10 avril au 16 juin 2017, la BU du Mans accueille l’exposition « Création de l’armée polonaise en France : mémoire oubliée, mémoire retrouvée » Cette exposition vous est présentée pour le centenaire de la création  de l’Armée bleue dite « Armée de Haller ». Son but est de provoquer les souvenirs et de recueillir des témoignages pour, ensuite, les pérenniser dans une publication bilingue, fruit d’une coopération franco-polonaise. Conférence et vernissage le 20 avril à la Bibliothèque Universitaire.

Voir le blog de la BU

Voir le site de l’Université du Maine

sit_univ_carton BU OK

 

L’Armée polonaise a été créée en France par décret du 4 juin 1917.

w-sille-revue-de-troupes-iwm-hu-110897

Le 27 juin 1917, la Mission Franco-Polonaise (dont fera partie un peu plus tard un certain capitaine de Gaulle), dirigée par le général Archinard, ouvre un premier camp militaire à Sillé-le-Guillaume, en Sarthe. En août, Roman Dmowski fonde en France le Comité National Polonais que le 20 septembre 1917 la France reconnaît comme « autorité politique de l’armée polonaise ». L’armée polonaise devient alors « autonome, alliée et belligérante sous un commandement polonais unique ». Le 6 octobre, les États Unis indiquent, que seuls les Polonais, non citoyens américains, peuvent s’engager dans l’armée destinée à combattre en France. Près de 20 000 Américains (et 200 Canadiens) d’origine polonaise se portent volontaires. Le 8 janvier 1918, le 1er Régiment de Chasseurs Polonais (R.C.P.) est constitué au camp « Petit Bonheur » à Sillé le Guillaume. Le colonel Jasieński a 2524 hommes sous ses ordres, venant des armées française, russe, allemande, austro-hongroise et du contingent américain. Plusieurs sources notent qu’en février 1918, il y avait 10 000 hommes. Trop pour les garder sur place longtemps. D’où la nécessité d’ouvrir deux autres camps polonais dans la région : à Laval et à Mayenne. De même, 1700 chasseurs polonais s’installent à la caserne Gaulois à Mamers et une unité d’artillerie à la caserne Cavaignac au Mans. Le 28 septembre 1918, le Comité National Polonais contrôle entièrement l’armée polonaise qui atteint la taille d’une division : 204 officiers et 10 638 hommes sont répartis en trois régiments de chasseurs, une brigade d’artillerie, deux escadrons de cavalerie, deux compagnies du génie, quelques avions et un service médical. Les chasseurs portent des uniformes de couleur bleu horizon, ce qui leur vaut d’être appelés « l’Armée bleue ». Le 4 octobre 1918, le général Józef Haller en prend le commandement, et cette armée sera également appelée « l’Armée de Haller ». Le 11 novembre 1918, la Pologne retrouve son indépendance. Sur demande de Józef Pilsudski, maréchal polonais, et avec l’accord du maréchal Foch, l’armée polonaise rejoint Varsovie en 1919. L’état major, la 1ère Division et les formations aériennes rentrent le 14 avril; la 2ème Division le 22 avril, la 3ème Division le 6 mai, la 6ème Division le 13 mai et la 7ème Division le 3 juin. Les soldats voyagent en train et sans arme. L’armement est transporté séparément dans des wagons plombés. Dans chaque wagon, se trouvent 2 officiers alliés pour intervenir en cas de litiges sur le territoire allemand. Le Premier Corps d’Armée Polonaise, composé de 50 000 hommes et 10 000 chevaux, part avec un ravitaillement de 8 jours. « L’Armée de Haller » est la mieux équipée et la mieux organisée de toute l’Armée Polonaise de l’époque. Selon des sources polonaises, en 1919, cette armée compte 68 000 hommes. Beaucoup d’officiers français restent en Pologne (comme le capitaine de Gaulle avec la Mission Franco-Polonaise), jusqu’à la fin de l’année 1920, pour combattre les bolcheviks au côté des Polonais. Beaucoup de soldats recrutés en France, défendront la Pologne en 1939. Certains d’entre eux, comme Brunon Błędzki (1899 – 1940), Bronisław Górski (1900-1940), Wilhelm Hörl (1893-1940) disparaissent en 1940, assassinés par les balles soviétiques à Katyń. Certains débarquent en Normandie pour libérer la France en 1944.